Fairphone : le premier smartphone éthique ?

4 milliards de « smartphones » sont utilisés aujourd’hui dans le monde. Nous nous servons de notre smartphone tous les jours et il semble difficile de s’en passer plus de 24 heures. Savons-nous pour autant de quoi sont fait ces objets?

 

Un smartphone regroupe plus de 30 types de minerais différents. Certains d’entre eux, comme l’étain où le tantale proviennent de régions en conflit. C’est le cas de la République Démocratique du Congo (RDC) où la plupart des mines sont sous contrôle de milices rebelles qui font travailler femmes et enfants et où les droits de l’hommes sont bien souvent bafoués. N’étant pas au courant de la situation et faute d’alternative sur le marché, les consommateurs sont indirectement impliqués dans ce système.

 

Faut-il pour autant revenir à l’âge de pierre et ne plus utiliser de smartphones ? La réponse est évidemment non ! Il suffit juste de repenser le mode de production et de conception de ces smartphones.

 

 

C’est un jeune designer hollandais, Bas Van Abel, qui tente en 2010 d’impulser un changement en ce sens. Conscient des problématiques liées à la production de smartphones, son objectif est clair : réaliser le premier téléphone éthique et durable, le « Fairphone ».  En 2010, il lance une campagne de financement participatif sur internet pour lever les fonds nécessaires à la production de 5000 premiers Fairphones.  En trois semaines, c’est 10 000 commandes qui sont enregistrées et qui permettent à la start-up de voir le jour.

 

Le Fairphone 1 s’attaque au problème de la transparence sur la chaîne d’approvisionnement. L’entreprise essaye au maximum de travailler avec des fournisseurs responsables et d’utiliser des minerais « propres », qui ne viennent pas de zones en conflits. Avec le Fairphone 1, l’entreprise affiche de façon transparente l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement, mais reconnaît qu’il existe encore une forte marge de progrès à réaliser pour atteindre l’objectif d’un approvisionnement 100% responsable et durable. Le Fairphone 1 a cependant été un vrai succès auprès des consommateurs avec plus de 60 000 unités vendues au total.

 

Le Fairphone 2, prévu pour l’été 2015, s’attaque à un autre problème qui touche l’industrie de la téléphonie mobile : l’obsolescence programmée.  La majorité des smartphones ne sont pas conçus pour durer et cela génère une production importante de déchets électroniques (DEEE). Plusieurs millions de smartphones finissent chaque année en décharge. Seul 7% des composants électroniques sont aujourd’hui recyclés. Le Fairphone 2 a donc été conçu de façon à être réparable facilement par son utilisateur. Plusieurs tutoriels sont disponibles sur internet gratuitement et les pièces permettant les réparations sont mises à disposition par Fairphone. Cela permet in fine de rallonger le cycle de vie du produit. Pour Miquel Ballester, responsable de l’économie circulaire chez Fairphone « le design du smartphone en amont est clé, avec une utilisation de matériaux responsables et une conception intelligente afin que le produit soit conçu pour durer ». L’ensemble du plastique utilisé dans le Fairphone est d’origine recyclé et l’objectif pour le Fairphone 2 est d’atteindre 50% de composants recyclés sur l’ensemble du téléphone.  

 

La start-up a aussi mis en place plusieurs programmes de recyclage : un au niveau local pour récupérer les anciens téléphones portables des utilisateurs Fairphone et un au Ghana pour sensibiliser la population locale à la thématique du recyclage et aux dangers que peuvent représenter les DEEE. Ces programmes ont déjà permis de collecter 70 000 téléphones.

 

Fairphone a beau rester un acteur de petite taille face aux géants du secteur comme Apple ou Samsung, il a le mérite d’avoir créer un véritable mouvement chez certains consommateurs qui sont maintenant conscients des problématiques que représente l’industrie de la téléphonie mobile. Pour Bas Van Abel, l’objectif de Fairphone n’est pas de devenir leader sur le marché de la téléphonie mobile mais plutôt d’impulser un véritable changement dans ce secteur : une transparence accrue sur la chaîne d’approvisionnement et une conception intelligente afin de tendre vers un téléphone durable et responsable.  A quand le téléphone 100% éthique ?

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Autres posts dans la même thématique / Other posts on the same topic

Let’s make it Circul’R

December 19, 2018

1/10
Please reload

Posts récents/
Recent posts
Please reload

Archives
Choisir une thématique / Choose a topic
Retrouvez-nous